La pierre chante avec Les drôles de Gammes

Oui, en ce samedi soir du 5 octobre, La Pierre a chanté !

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Même si la soirée organisée à la salle des fêtes par l’association  Méli Mélo, a commencé « avec hésitation » sur la chanson Je ne sais pas choisir d’Émily Loizeau, les voix du groupe Les drôles de Gammes étaient bien au rendez-vous pour nous faire passer une soirée cabaret aussi réussie que décontractée. Chansons à texte, chansons engagés, ou encore chansons françaises, tout y est passé. De La pêche au bonheur de Chloé Lacan, en passant par une chanson sur le paradis, des paroles sur l’émigration et le sacro-saint tango Corses de Fernandel qui nous a bien fait rire, il y en avait pour tous les gouts. Un vieil accordéon, un petit synthé juste pour donner la note avant chaque morceau, il n’en fallait pas plus pour nous faire claquer des doigts et battre la mesure en tapant des pieds.

Association
Méli-Mélo

La salle des fêtes était appareillée façon cabaret, avec des tables de quatre personnes toutes apprêtées d’une petite nappe rouge et blanche sur lesquelles étaient disposés Chips et pop-corne. Grasse a la buvette, on pouvait aller se servir en bière, jus de pomme café et Coca-Cola. Bref, tout était fait pour passer un bon moment.

Convier par l’une des chanteuses, j’ai contre toute attente eu l’occasion d’esquisser, bien maladroitement j’en conviens, quelques pas de danse avec elle et cela m’a bien fait bien plaisir. Tout le monde se souviendra certainement de cette adorable chanteuse qui n’a pas démérité, en acceptant de tourner un peu trop longuement sur elle-même, guidé par les pas très énergiques du danseur qu’elle est allée chercher juste après moi.

Invité à chanter par ces drôles de gammes au combien sympathique, c’est le public lui-même qui a conclu la soirée en fredonnant sur les accords du guitariste du groupe, des grands classiques de la chanson. Tout d’abord avec Foule Sentimentale d’Alain Souchon, en passant par Les petits trous de Serge Gainsbourg, Le Sud de Nino Ferrer, Armstrong de Claude Nougaro et Georges Brassens avec Les Copains d’abord.

Emmené par les jolies voix de ces 7 chanteuses, tout le public s’est pris au jeu en poussant la chansonnette. Même si quelques canards se sont envolés de la bouche du public, tout le monde a été contant de la soirée.

Que rajouter de plus si ce n’est, Merci les drôles de Dames, au pardon, Merci Les drôles de Gammes !

Jean De Palma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *