Sortie de résidence de Tomas Bozzato, Bérengère Cournut, Joël Egloff et Aliona Gloukhova.

Présentation des œuvres réalisé durant la semaine de résidence à La Pierre

On avait rendez-vous à 11 heures sous le poirier. Cette phrase pourrait être le début d’un roman mais, en ce samedi 22 mai, démarrer l’écriture d’une fiction n’était pas à l’ordre du jour. Bien au contraire, ce rendez-vous était l’occasion de mettre un point final à une semaine de création littéraire et d’œuvres photographiques.

Vue du manoir depuis le village de La Pierre

Cette manifestation était organisée par Scènes obliques dans le cadre du projet ‘Cairns – Rencontres Internationales de Proximité’, avec la complicité de la Mairie de la Pierre et des bénévoles. L’idée, était de se rassembler autour de trois écrivains et un photographe.

Une rencontre, donc, autour de quatre auteurs, accueillis sur place durant une semaine, et dont chacun d’eux avait pour objectif la création d’une œuvre, avec comme sujet central le Manoir de Vaubonnais. C’est donc pour nous présenter le résultat de leur semaine de travail, que cette table ronde a été organisée dans le parc du manoir, sous le vieux poirier.

Le manoir de Vaubonnais vue depuis le poirier

La réunion a commencé par un tour de parole animé par Antoine Choplin (directeur artistique de l’association Scènes obliques), durant lequel le photographe et les écrivains ont pu expliquer au public leurs méthodes de travail, leur ressenti concernant le manoir, et leurs sources d’inspiration. Bien sûr, chacun d’eux a ensuite pris le temps de présenter son œuvre à l’assemblée.

Repas sous le préau de la cours de récréation

Après les applaudissements faisant suite à la présentation de leurs œuvres, la matinée s’est terminée par un petit verre de l’amitié, juste comme ça, les pieds dans l’herbe fraîche, en toute simplicité, au beau milieu du parc du manoir de Vaubonnais.

Pour finir, toujours dans un esprit de partage et de convivialité, les artistes étaient invités à un repas préparé par les bénévoles sous le préau de la cours de récréation de l’école.

Au grand étonnement de tout le monde (la nuit, il n’avait fait que pleuvoir à torrents), le soleil était de la partie ce matin-là, ce qui a grandement participé au bon déroulement de ce rendez-vous à la fois culturel, champêtre, et très amical.

Voici ci-dessous, qui était le photographe et les écrivains invités, et quelles étaient les œuvres qu’ils nous ont livrées après une semaine de résidence à La Pierre.

Tomas Bozzato. Il est photographe et vidéaste, auteur de « Avant l’horizon », un film documentaire sur l’immigration visible ici https://vimeo.com/207285631 (tourné sur une plage du Sénégal). Son prochain projet intitulé « Pour la route », sera une œuvre mêlant photographie et poésie, qu’il réalisera avec l’ écrivaine Laetitia Cuvelier. À l’occasion de cette table ronde, cet artiste nous a présenté un travail photographique réalisé en argentique. Une œuvre, dans laquelle il a utilisé les visages des personnes ayant vécu ou travaillé, à l’intérieur ou autour du Manoir. Des portraits, tirés d’anciennes photos prêtées durant la semaine par des villageois, et traitées en surimpression avec les vieux murs du manoir, comme autant d’arrêts sur image unifiant à jamais la bâtisse, les personnes et, leurs mémoires. Le tout, étayé par un récit sur la vie des gens ayant occupé ce lieu et sur le manoir lui-même. Site web de Tomas Bozzato : http://www.tomasbozzato.com

Aliona Gloukhova. Écrivaine biélorusse, auteur entre autres des romans « Dans l’eau je suis chez moi » ou encore « De l’autre côté de la peau » aux éditions Verticales. Cette écrivaine nous a proposé un texte qu’elle nous a lu, et dans lequel le manoir de Vaubonnais prend de manière poétique et rigolote les traits d’une vielle personnes fatiguées, à l’équilibre précaire, luttant avec force contre les méfaits du temps, réussissant à se maintenir debout, toujours à la limite de l’effondrement. Une réflexion sur le miracle de ces vieilles pierres qui tiennent encore mystérieusement en place, et sur toutes les légendes qui auraient pu exister autour de ce manoir, et que jusqu’ici, personne n’a encore jamais pensé à inventer. Une interview de l’écrivaine autour de son roman « Dans l’eau je suis chez moi » est disponible ici. Site internet de d’Aliona Gloukhova : https://www.alionagloukhova.com

Bérengère Cournut. Elle est une écrivaine française, auteur entre autres des romans « Née contente à Oraibi » ou « De pierres et d’os » aux éditions Tripode. Le texte quelle nous a lu, et quelle a écrit durant sa semaine passée à La Pierre, met en scène le manoir de Vaubonnais, qui se retrouve pris à partie dans une joute verbale humoristique, poétique et parfois cinglante, entre la Chaîne de Belledonne et les massifs de la Chartreuse. Une conversation, dans laquelle les paysages qui nous sont familiers se volent tour à tour la vedette, et où les décors qui jalonnement nos existences prennent vie, dans un délicieux moment suspendu hors du temps. Page Facebook de cette écrivaine: https://www.facebook.com/Bérengère-Cournut

Joël Egloff. Il s’agit d’unécrivain français, auteur de nombreux romans, comme par exemple « Libellules », « J’enquête » ou encore « L’homme que l’on prenait pour un autre » aux éditions Buchet-Chastel. L’œuvre qu’il a écrite durant sa semaine passée parmi nous et qu’il nous a lue, est un texte s’articulant sous la forme d’un journal, dont les titres accrocheurs sont aussi multiples qu’improbables et humoristiques. Le sérieux et l’aplomb avec lequel ce texte nous a été livré n’a pas manqué de déclencher quelques éclats de rire, notamment lorsqu’il s’agissait de l’annonce d’un grand projet, consistant à réaliser la jonction entre les murs du manoir de Vaubonnais et, tenez-vous bien ; la Muraille de Chine… Page Facebook de Joël Egloff

La Mairie de La Pierre vue depuis le manoir de Vaubonnais

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.