L’araucaria le bois pétrifié, de Jean-Christophe et Robin Guillon

Jean-Christophe Guillon et son fils Robin,
au salon international Mineral & Gem
de Sainte-Marie-aux-Mines

Pour ce troisième volet de « La Pierre et sa vie locale », j’ai le plaisir de  vous parler de l’entreprise L’araucaria le bois pétrifié, et donc, de l’activité de Robin, fils de Jean-Christophe Guillon, un entrepreneur récompensé du titre de Maître Artisan des métiers d’Art. Aujourd’hui, suite au départ en retraite de son père, Robin Guillon travaille seul des arbres vieux de plusieurs centaines de millions d’années, que la nature et le temps ont réussies à fossiliser, et dont il a tout appris avec son père.

Un père entrepreneur, à la fois artiste, qui utilise aussi les matériaux les plus divers, dont les assemblages et les découpes artistiques qu’il réalise révèlent d’incroyables graphismes cachés au cœur de la masse. Capable de lire l’histoire des arbres pétrifiés à travers leurs graphismes et leurs couleurs, Jean-Christophe Guillon possède entre autres talent celui de reproduire fidèlement au crayon ou au pastel, les décors mis à jour lorsqu’il découpait encore lui-même ses troncs d’arbre en tranches. Artisan aux compétences multiples, il est également écrivain. Son dernier livre 70 jours au pied de la Chartreuse, est édité par la maison EDITION THOT. (Voir l’article de fin 2019)

Tout ce savoir-faire artisanal et artistique est concentré chez nous, dans notre petit village, où l’artisan avait installé son entreprise familiale en 1991. Situé entre le lotissement de La Bute et le jardin de La Beauce, cette entreprise dont on aperçoit brièvement l’enseigne et la façade métallique depuis nos voitures et la route D253, renferme une véritable galerie d’art. Des œuvres d’art qui se sont réalisé seules, 100% naturellement, et qui magnifié par le savoir-faire de Robin, offrent à nos yeux de vrais joyaux, mais aussi de véritables trésors  géologiques.

En effet, le bois utilisés par cette entreprise depuis maintenant deux générations est un bois lointain, sans sève et sans vie, pétrifier par des millions d’années. Du bois fossilisé (voir ci-contre à droite), que comme son père le faisait avant lui, Robin, découpe inlassablement en tranche, pour former des plateaux largement utilisés dans la décoration de luxe.

Veuillez noter que toutes les images de cet article peuvent être agrandies en cliquant simplement dessus

À l’œil et au toucher ça ressemble à du bois mais, c’est bien de la pierre !

Le bois pétrifié (fossilisé)

Le bois pétrifié est composé de bois fossilisé où la matière organique a été remplacées par des minéraux qui peuvent être le quartz, de la pyrite, de la calcédoine, le jaspe etc. C’est ainsi que certains arbres on réussit à traverser les époques allant du trias (période qui voie l’apparition des dinosaures) pour arriver jusqu’à nous aujourd’hui.

Les conditions ayant amené ces arbres à lentement se pétrifier diffèrent un peu selon leur origine géographique mais, au final, c’est toujours cette alliance entre la cendre, l’eau et le bois qui a transformé au fil du temps certains troncs préhistoriques en arbres de pierre aux mille couleurs.
Il y a de nombreuses autres régions dans lesquelles on retrouve du bois pétrifie mais, les arbres utilisés par la famille Guillon proviennent souvent d’Arizona, d’Indonésie et de Madagascar.

En Arizona

Lors d’une gigantesque inondation, des milliers d’arbres sont arrachés à leur forêt. Entraînés par un fleuve puissant sur des centaines de kilomètres, l’écorce, les branches et les racines seront très souvent détruites. Déposés dans des lagunes ou des plaines fluviales, noyés et à l’abri de l’air, ils ne pourriront pas.

C’est ensuite une éruption volcanique ne projetant pas de lave mais de la cendre, qui les recouvrira d’un manteau atteignant une épaisseur de 800 mètres. Dissoute dans l’eau avec d’autres sédiments et des composants minéraux, cette “soupe” va lentement pénétrer à l’intérieur des troncs.Selon leur porosité, elle pénétrait en plus ou moins grande quantité, à plus ou moins grande profondeur, utilisant le tissu vasculaire qui conduit la sève.

Les arbres fossiles ne contiennent donc plus de bois mais sont constitués de quartz microcristallins hydratés. On parle de silicification, (calcédonisation ou opalisation). Certaines cavités ont été comblées d’Agate, d’améthyste ou de citrine.

En Indonésie

À la fin du tertiaire / pliocène (il y a entre 2,588 et 5,332 millions d’années), une épaisse forêt tropicale, constituée de Dipterocarpus (famille du Magnolia) et de palmiers, recouvre la chaîne de volcans d’Indonésie qui va de Sumatra à Bali jusqu’à l’ouest de Java.

C’est encore une violente éruption volcanique qui déracine les forêts environnantes et les recouvrent d’une épaisse couche de centre brûlante. Les arbres les plus proches ont été consumés, ceux qui étaient insuffisamment enfouis ont pourri. Mais ceux situés entre ces deux extrêmes ont bénéficié de conditions idéales. Stérilisés par la chaleur, les microbes responsables du pourrissement étaient détruits.

La silice, contenue dans la cendre volcanique s’est dissoute dans les eaux d’infiltration. Elle a lentement remplacé le bois, molécule par molécule, par des minéraux comme le quartz, la calcédoine ou le jaspe, préservant ainsi la forme de l’arbre et même celle de ses cellules.

À Madagascar

Comme les arbres d’Arizona, les troncs pétrifiés de Madagascar ne proviennent pas du lieu où ils ont été trouvés. Ils ont été arracher à leur forêt et entrainé par des eaux à plus de 500 km.

Ils se trouvent principalement dans la région de Mahajanga. Ici, les sédiments étaient principalement composés de vases chargées de cendres d’éruption volcanique, d’argile et de sable. Leur structure ligneuse est beaucoup mieux préservée que celle des arbres fossiles d’Arizona. Ils peuvent ne présenter aucune altération, leur structure étant restée homogène, sans fissures ni cavités. On retrouve, sur ce gisement, énormément de petits arbres, la plupart étant des résineux.

Le Sciage

Poste de sciage. Robin s’apprête à couper un tronc pétrifié dans le sens de la longueur. Notez le câble qui traverse l’atelier.

Les arbres pétrifiés sont constitués de silice, une matière plus dure que le granit. Pour les scier, Robin utilise toujours la méthode mise en place par son père. Un système économe en matières premières, suffisamment délicat pour les pièces plus fragiles, et permettant un sciage précis, tout en autorisant la découpe des pièces de grandes dimensions.

Le sciage est pratiqué au fil à l’aide d’un câble enduit d’abrasif. Une technique peu à peu abandonnée dans l’activité de la pierre, mais convenant très bien au travail du bois silicifié. Le câble long d’environ 80 mètres et circulant en extérieur entre des poulies, parcours presque toute la longueur du jardin attenant avant de pénétrer dans l’atelier.

C’est cette distance parcourue par le câble qui rend la découpe économe en usure, là où un câble de seulement 3 mètres serait hors-service avant d’avoir découpé une pièce de taille moyenne. Il faut compter en général une journée pour scier un mètre carré de bois pétrifié. Le bois pétrifié d’Arizona tout particulièrement est d’une telle dureté qu’il est nécessaire de changer le câble après une coupe importante.

Le polissage

Le polissage est réalisé avec une machine de plusieurs tonnes se déplaçant sur des rails.
Robin utilise d’abord des meules diamantées pour effacer les traces du sciage.

C’est ensuite que plusieurs autres jeux de meules permettent par un polissage de plus en plus fin, de révéler les couleurs et les transparences de la pierre. Le polissage se termine par l’utilisation d’une poudre très dure qui permet d’obtenir la brillance. Il faut une trentaine d’heures au moins pour réaliser une pièce d’un mètre carré.

La Galerie d’exposition

Bien qu’il soit possible de voir toutes la collection de plateaux en bois pétrifié sur le site internet de L’araucaria le bois pétrifié, je vous conseille vivement si vous le pouvez, d’aller admirer cette merveilleuse production directement dans les locaux de l’entreprise. Vous y serez reçu par des passionnés qui ne seront jamais avares d’explications, et l’histoire qu’ils vous raconteront à travers ces arbres pétrifiés transformés en plateau ne vous laisseront pas indifférent.

L’entrée à la galerie d’exposition est libre tous les vendredis de 10 h à 18 h.

Si vous le souhaitez, vous pouvez aussi la visiter sur rendez-vous. Les visites organisées sont également possibles pour les cars, les comités d’entreprise et pour les groupes scolaires. Pour toute demande, contactez l’entreprise aux coordonnées fournies sur le site internet de l’entreprise (voir les liens ci-dessous).

Pour plus d’information

Pour obtenir d’autres informations, des données scientifiques sur le sujet, ou simplement découvrir la production en bois pétrifié de la famille Guillon, rendez-vous sur le site web de leur entreprise en cliquant ici : L’araucaria le bois pétrifié

Pour en connaître encore davantage vous pouvez visiter la page de l’encyclopédie libre Wikipédia ici : L’encyclopédie libre wikipedia

Si vous souhaitez en découvrir plus sur l’échelle des temps géologiques ou si vous voulez vous informer sur la géologie et les sciences de la terre vous pouvez visiter le lien suivant : Geowiki encyclopédie collaboratif des sciences de la Terre

En 2011, l’entreprise “Araucaria Bois Pétrifié” a reçu le label d’État Entreprise du Patrimoine Vivant (EPV)
« l’excellence des savoir-faire français ».

Article de Jean De Palma

Retour à l’index « La Pierre et sa vie locale »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *